Chercher
langue
  • Toutes les langues
  • English
  • 正體中文
  • 简体中文
  • Deutsch
  • Español
  • Français
  • Magyar
  • 日本語
  • 한국어
  • Монгол хэл
  • Âu Lạc
  • български
  • bahasa Melayu
  • فارسی
  • Português
  • Română
  • Bahasa Indonesia
  • ไทย
  • العربية
  • čeština
  • ਪੰਜਾਬੀ
  • русский
  • తెలుగు లిపి
  • हिन्दी
  • polski
  • italiano
  • Wikang Tagalog
  • Українська Мова
  • Toutes les langues
  • English
  • 正體中文
  • 简体中文
  • Deutsch
  • Español
  • Français
  • Magyar
  • 日本語
  • 한국어
  • Монгол хэл
  • Âu Lạc
  • български
  • bahasa Melayu
  • فارسی
  • Português
  • Română
  • Bahasa Indonesia
  • ไทย
  • العربية
  • čeština
  • ਪੰਜਾਬੀ
  • русский
  • తెలుగు లిపి
  • हिन्दी
  • polski
  • italiano
  • Wikang Tagalog
  • Українська Мова
Titre
Transcription
À suivre
 

Émission / Maître Suprême Ching Hai (végane) parle des effets nocifs de la viande

Maître Suprême Ching Hai (végane) parle des effets nocifs de la viande, 10e partie – La rétribution dans l’au-delà

2020-08-20
Langue:English
Détails
Télécharger Docx
Lire la suite
Les conséquences karmiques de la consommation de viande incluent de réelles souffrances dans l’au-delà. Dans l’émission d’aujourd’hui, nous partagerons avec vous des récits effrayants sur la punition en enfer qui attend ceux qui mangent de la viande ou sont impliqués dans les entreprises de viande. La première histoire est une expérience personnelle de l’un des membres de notre Association.

Nous partageons à présent avec vous une autre histoire racontée par le Maître Suprême Ching Hai sur le châtiment de l’au-delà pour ceux qui servaient de la viande dans leurs restaurants.

Nous devons strictement observer les préceptes. Le premier précepte est ne pas tuer. Ce précepte ne doit pas être violé. Enfreindre ce précepte vous causera beaucoup de problèmes. À part une vie plus courte, l’inconfort corporel, beaucoup de maladies, telles que ces maladies incurables, sont toutes dues au mauvais karma de tuer. Le karma lié au fait de tuer est très, très grave.

Vous ai-je raconté une histoire au sujet d’un Aulacien (Vietnamien) ? Il n’était pas un pratiquant spirituel. Il gagnait sa vie en vendant de la bouillie au poulet et au canard. La cuisson de la bouillie au poulet ou au canard coûte bien des vies. Un jour, il tomba gravement malade d’une maladie inconnue. À la fin, il était si mal en point qu’il ne pouvait plus bouger, couché là comme s’il était déjà mort. Il restait un peu de chaleur autour de son cœur, donc sa famille ne voulait pas l’enterrer. Il est donc resté allongé là immobile pendant plusieurs jours avant de finalement revenir à la vie et de se réveiller. À son réveil, il raconta à sa famille ce qu’il avait vécu, et plus tard il écrivit un livre disant aux gens comment c’était quand il était en enfer. À son retour, il a dit qu’en descendant là-bas, il s’était vu en train d’être mordu par des centaines de milliers de canards, de poulets et de cochons partout sur son corps. Ça faisait tellement mal. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’est souvenu être passé une fois devant un temple, et que quelqu’un lui avait appris à réciter le nom de la Bodhisattva Quan Yin.

Le Maître vint aussitôt, et demanda à ces poulets et canards d’arrêter un moment. Alors le vendeur de porridge dit : « Leurs coups de bec me font trop mal. S’il vous plaît, sauvez-moi. » La Bodhisattva Quan Yin répondit : « C’est votre mauvais karma. Comment puis-je vous sauver ? Quand vous les avez tués, ils ont aussi crié pour leur vie, mais vous n’avez pas eu la compassion d’épargner leur vie. Maintenant, à qui demandez-vous pardon ? » Alors cette personne répondit : « Je me repens maintenant. J’étais ignorant et je ne savais pas. Maintenant, si vous m’épargnez, et que vous me laissez partir, je ferai certainement de bonnes œuvres, je pratiquerai spirituellement, puis je leur en transférerai les mérites. Mais si vous ne m’épargnez pas, même si je suis mordu à mort, quel bien cela fera-t-il aux deux parties ? »

La Bodhisattva Quan Yin a dit : « D’accord », puis Elle se tourna vers les poulets, canards et cochons, « Avez-vous entendu cela ? Êtes-vous d’accord maintenant ? » Les animaux ont dit : « D’accord. » Même s’ils étaient d’accord, la Bodhisattva Quan Yin continua : « Votre karma est trop lourd, et ne peut être effacé si facilement ! » L’homme demanda alors : « Alors comment puis-je être nettoyé de mon karma ? Je suis prêt à accepter toute punition. » La Bodhisattva Quan Yin l’a ensuite emmené dans la salle de punition, où il y avait de nombreux outils de torture.

Certaines personnes se faisaient couper la langue ou le nez. On les coupait là où se trouvaient leurs karmas. La Bodhisattva Quan Yin dut purifier son mauvais karma, donc il fut demandé à l’homme de s’agenouiller et d’avaler du charbon de fer brûlant. L’homme a dit : « Comment pourrais-je l’avaler ? » L’officier fantôme a répondu : « Vous le devez, même si vous ne le voulez pas. » Avant d’avoir fini cette phrase, le charbon de fer brûlant était déjà dans la bouche de l’homme. Il n’a pas pu résister du tout. Il alla jusqu’à l’intérieur de son corps. Il a dit qu’à chaque fois, plusieurs se précipitaient dans sa bouche, pas qu’un seul. Il a dit que c’est comme si son esprit s’était dispersé, et que tout son corps s’était ouvert et désintégré en poussière. Il a dit que la douleur était indescriptible. Ça a continué comme ça pas mal de fois, et le charbon de fer qui brûlait n’arrêtait pas de s’engouffrer. Il ne pouvait pas y résister. C’était son mauvais karma. La force karmique ne cessait de l’aspirer. Il souffrait énormément, et ne pouvait pas vivre ni mourir peu importe à quel point il suppliait. Alors, finalement, il a fini par devoir l’avaler. Alors la Bodhisattva Quan Yin a dit : « Ok, vous pouvez repartir à présent. Pensez à pratiquer avec diligence. Ne faites plus de métiers impliquant des meurtres. Ne mangez plus de viande. Respectez les Cinq Préceptes. Plus tard, quelqu’un viendra vous donner l’initiation, et vous enseigner la méthode de la libération. »

Soudain, cet officier fantôme le poussa, et il revint au monde mondain, et recommença à respirer. C’est l’histoire qu’il a racontée, et elle a été écrite. Il a dépensé tout son argent pour imprimer ce livre, et l’a donné aux gens gratuitement. Dans la préface du livre, il a déclaré que chaque phrase qu’il écrivait était vraie. Pour convaincre les lecteurs, il a fait le vœu à tous les Bouddhas et les Bodhisattvas que s’il disait le moindre mensonge, il serait envoyé dans l’enfer éternel.

Il a conseillé aux gens de faire de bonnes actions, d’arrêter de tuer, d’être végan, d’observer les préceptes et de pratiquer spirituellement.
Regarder la suite
Épisode  10 / 20
Partager
Partager avec
Intégré
Démarrer à
Télécharger
Mobile
Mobile
iPhone
Android
Regarder dans le navigateur mobile
GO
GO
Prompt
OK
Appli
Scannez le code QR
ou choisissez le bon système à télécharger.
iPhone
Android